Le glutamate de sodium

Le glutamate de sodium ou glutamate monosodique (GMS) est un produit pouvant nuire à la santé en cas de hausse de consommation. Ce composé chimique se trouve dans les aliments industrialisés. Toutefois, à dose modérée, ce composant ne présente aucun danger. Son invention remonte au début du 20e siècle, par un chercheur japonais.

Quelques mots sur le glutamate de sodium

Le glutamate est un composant naturel des protéines animales et végétales. Pour l’Amérique et l’Europe, la consommation de ce produit est de 5 à 12 g par jour dans sa forme naturelle. Cet indice est ajouté au 0,3 à 1 g par jour des aliments additionnés de glutamate monosodique. Certains aliments tels que les tomates et leur jus, les raisins et leur jus, les jus de fruits et les champignons renferment ce composé. Cela concerne également le parmesan ainsi que certains fromages, les légumes, les protéines végétales et les extraits de levures.

Les controverses

Une recherche datant de 1957 démontre la détérioration des neurones de la couche interne de la rétine d’une souris gavée de GMS. Cette trouvaille scientifique a créé une polémique parmi les consommateurs. Par ailleurs, dix ans après cette date, un autre scientifique a démontré l’atteinte du cerveau par ce produit toxique. Toutefois, de nombreux autres chercheurs ont démenti cette affirmation. Par la suite, des organismes chargés de la santé publique ont confirmé l’absence de dangers liés à la consommation de ce produit.

Les réactions provoquées par le GMS

Le GMS entraîne certaines réactions d’hypersensibilité chez un certain groupe de personnes. Ce symptôme est dénommé syndrome du restaurant chinois. Les manifestations se constatent après un délai de vingt minutes suivant la consommation. Elles se dissipent après deux heures suivant l’ingurgitation. La victime ressent des brûlures avec des pressions au niveau du visage. Elle peut aussi avoir des maux de tête suivis de nausées avec des douleurs à la poitrine. Toutefois, ces symptômes ne présentent aucun effet à long terme.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*