Nouvelle vignette : à quoi s’attendre ?

Vous avez certainement entendu parler de la nouvelle vignette, une mesure annoncée par Ségolène royal, Ministre de l’écologie, le 2 juin dernier. Celle-ci à été proposée dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, et devrait être mise en place dès janvier 2016. Elle devrait permettre de mieux organiser la circulation dans les grandes villes les jours des pics de pollution, mais aussi d’offrir des avantages aux automobilistes ayant opté pour des véhicules propres.

Pourquoi, comment ?

La nouvelle vignette se trouve en 6 couleurs, indiquant chacune un niveau de pollution. Les véhicules les moins polluants (bleu, vert ou jaune), bénéficieront d’avantages décidés par les maries. Par exemple, des réductions sur le stationnement en ville, le droit de circuler dans certaines zones ou à certaines périodes. Au contraire, les vignettes rouges et grises bloqueront leurs propriétaires, notamment lors des pics de pollutions.

Pour savoir quelle vignette correspond à votre véhicule, voici un tableau récapitulatif :

pollution-de-l-air-quelle-pastille-pour-quelle-voiture_2385943_404x405

Si la vignette n’est pas obligatoire, comme il est prévu pour l’instant, il y a donc fort à parier que certains automobilistes se passeront bien d’un macaron rouge criard et humiliant. Toutefois, sans le précieux sésame bleu ou vert, il sera impossible de circuler normalement ou d’obtenir des avantages. Vous avez donc tout à y gagner à vous renseignez et à obtenir votre vignette gratuitement. Libre à vous de la coller… ou non.

Une mesure anti-pauvre ?

Si cette nouvelle vignette, dont l’efficacité n’est pas encore prouvée, ne semble pas une mauvaise idée de prime abord, elle pose toutefois une question quant à la marginalisation des foyers les plus pauvres, qui n’auraient pas les moyens de s’offrir un véhicule plus propre. En effet, surtout en région parisienne, ceux-ci se verraient constamment pénalisés.

Au contraire, les foyers les plus riches, pouvant s’offrir des véhicules électrique à plus de 30 000€, profiteraient en plus de réductions sur le stationnement. Voilà qui a de quoi faire grincer des dents à de nombreux français.

La ministre se défend toutefois d’une mesure élitiste, arguant que des aides financières seront apportées aux plus modestes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*