Les lampes de chevet à travers le temps

Des débuts vacillants

Au commencement était le feu (et le verbe aussi, un peu…) mais bon le feu c’était bien commode pour cuire le ragoût de Mammouth, pour faire peur aux gros vilains z’animaux qui en voulaient à votre peau mais c’était surtout hyper pratique pour lire au lit, bien au chaud sous sa peau de rhinocéros laineux… « Guerre et Paix » sous la couette à l’époque glacière, y’avait rien de mieux pour faire passer l’ère.

silexandthecityp_Bien plus tard, la bougie a remplacé la torche enflammée mais le besoin de dépasser l’heure du coucher imposée par la nature est toujours aussi irrépressible ; nous ne sommes pas des poules tout de même !
Avouons-le pourtant, lire l’intégral de l’encyclopédie de Diderot et D’Alembert à la lueur vacillante d’une petite flamme ne devait pas être de tout repos…
Il faudra attendre 1853 et l’arrivée des premières lampes à pétrole pour que l’éclairage de chevet se démocratise.

Et la lumière fût

1878 : découverte de la fée de ceux qui ne peuvent fermer l’œil qu’après avoir parcouru quelques pages, j’ai nommé l’Electricité !
Fini les insomniaques qui devaient attendre le lever du soleil ; un bon bouquin et la nuit passe plus vite !
Avec l’électricité, la modernité est en marche. L’art nouveau impose une nouvelle façon d’envisager les intérieurs et on voit apparaître les premières tables de nuit ornées d’une lampe de chevet « digne de ce nom » dont le célèbre modèle Tiffany.
1920 voit éclore un nouveau courant artistique : l’art déco avec Emile Gallé et ses fameuses lampes de chambre en pâte de verre décorées de motifs floraux.

Avec le Purisme en 1930, la forme doit découler de l’usage, le Design « moderne » fait son apparition. Oui, le Design avec un D majuscule comme Le Corbusier et Charlotte Perriand. Plus de lampe table de nuit mais des appliques aux formes épurées.
lampe-de-bureau-mini-pipistrello-marron-fonce-avec-controle-tactile-martinelli-luce-gae-aulenti

Le développement industriel voir fleurir dans les années 60 des luminaires dessinés par de grands noms du design et fabriqués à une échelle industrielle. La forme de ces lampes à poser reprend les codes graphiques de ces années psychédéliques. Certaines pièces sont maintenant des icônes comme la lampe Pipistrello de Gae Aulenti créée en 1965 ou La Pantone.

Dans les années 80, insufflées par le groupe Memphis les formes redeviennent plus structurées, plus sobre avec néanmoins l’utilisation de motifs et de couleurs comme le fluo. L’accent est mis sur le coté graphique de chaque objet… c’est aussi l’explosion des objets techniques dit « postmodernes » utilisant des matériaux innovants comme le polystyrène.

La technologie au pouvoir

Depuis le début du XXIème siècle, les progrès techniques permettent de (presque) tout faire et les designers s’en donnent à cœur joie.  Les innovations se situent maintenant au niveau électrique avec le développement des ampoules LED qui sont en train de révolutionner nos besoins énergétiques et qui conditionnent les possibilités en termes de Design.

Loin de l’âge des cavernes, notre lampe de chevet est maintenant totalement adaptée à nos besoin ; elle est réglable tant en intensité qu’en position. Son design s’adapte parfaitement au style de notre chambre à coucher et elle peut être hyper connectée grâce a un port USB et au wifi !
Alors quant vient le moment de presser l’interrupteur, ayez une petite pensée pour nos chers ancêtres…

[Cette belle histoire vous a été offerte par Millumine]

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*